U18

U18 : A Suresnes le Derby

Les matches contre le voisin suresnois offrent toujours beaucoup de passion et d’intensité. Mais, lorsque de nombreux joueurs se sont côtoyés au cours des dernières années au sein des clubs de Courbevoie, Suresnes, Racing, Stade Français et en sélection, les rivalités et les motifs de duels sont encore plus nombreux.

Cerise sur le gâteau, l’entraineur du RCC était opposé à… son fils, néo-joueur de Suresnes. Dans ce contexte passionnel les deux équipes, dans un esprit parfait, ont offert un beau spectacle malgré une pelouse déjà en mauvais état, avec des essais et un engagement continu.

Le RCC s’est incliné (17-19) mais le suspens fut total jusqu’au dernier coup de pied, cette pénalité difficile qui rasa le poteau.

On a pu entendre le ouf de soulagement des suresnois depuis les tribunes. Il faut dire que nos voisins font partie des favoris de la poule et qu’ils ne s’attendaient peut être pas à tomber sur pareille résistance.

Nos lévriers alignaient pour la première fois leurs 5 joueurs « double licences » (3 du Stade Français, 1 du Racing, 1 de Bobigny) et ces renforts techniques et physiques ont forcément densifié leur jeu.

La preuve, ce 12-7 en leur faveur à la mi-temps après une belle maitrise des débats insinuant clairement le doute dans la tête des suresnois.

Collectivement, le RCC a joué son meilleur match. En faisant reculer la mêlée de Suresnes, en perturbant les touches, en montant rapidement sur les sorties de balle adverses, en marquant 3 essais surtout !

La différence s’est faite sur un tas de petites choses. Des petites fautes individuelles surtout, en attaque, comme en défense. Un manque de discipline dans des moments clés. Des décisions prises parfois trop vite. Toutes ces scories qui poussent un arbitre à siffler un essai de pénalité contre vous. Dont le RCC ne se remettra jamais vraiment.

Alors c’est vrai, les Bleus avaient la victoire au bout du pied de leur capitaine à la dernière seconde. Mais personne ne blâmera ce dernier pour son raté, puisqu’il offrit le match nul dans des conditions similaires il y a 3 semaines face à Massif.

Ce match aurait pu représenter comptablement un vrai tournant pour le RCC qui vise toujours une des 4 premières places de la poule. C’est raté. Il représentera en revanche un vrai tournant dans les têtes. Cette jeune équipe est toujours en apprentissage à ce niveau National et elle doit s’appuyer sur les motifs de satisfaction pour s’imposer au prochain match, au RCP15, dimanche à 10h30.

Il manquera surement deux nouveaux blessés auxquels nous souhaitons un très prompt rétablissement.

 

 

U18 : Une violette avec des épines

En allant défier le leader de la poule, le PUC, nos lévriers ne nourrissaient pas d’espoirs démesurés. Mais la mise en place de combinaisons nouvelles en touche, et en sortie de mêlées avait bien pour but de dérégler la machine violette. Et, si par intermittence le RCC a pu rivaliser, le score est sans appel, 52-10. La plus grosse défaite de la saison.

C’est ça le Championnat National, c’est relevé, ça va vite, ça va fort et les erreurs se paient cash. Et, il y en eut des erreurs, des fautes directes, parfois parce que la pression imposait de trouver des solutions dans l’urgence. Parce qu’aussi dans un match au rythme endiablé, seuls 4 remplaçants avaient pris place sur notre banc.

4 matches joués, dont 3 à l’extérieur et un bilan mitigé (2 défaites, 2 matchs nuls) mais l’espoir demeure. D’abord parce que cette fois encore la majorité de nos joueurs sont des 1ere année en progression accélérée. Ensuite, parce que dans cette poule de 8 équipes, les 4 premières seront qualifiées, et que le coup est totalement jouable. Il reste 10 matches et mathématiquement 50 points à prendre J

Et puis, il reste des satisfecit à distribuer. Même un jour de lourde défaite. Et tout d’abord à ces 19 joueurs présents pendant les vacances pour une mise en place, veille de match, et pour leur engagement face à plus fort qu’eux. On n’a relevé aucune absence du côté du PUC pour cause de vacances. Il y a sans doute d’ailleurs de quoi s’inspirer de cette équipe leader de notre poule qui a repris l’entrainement cet été bien avant nous. Et ce n’est rien au regard d’une équipe comme le Stade Français qui a repris les entrainements début août, nos deux renforts (en double licences) venus du club parisien peuvent en témoigner.

Bien sûr nos garçons ne sont pas destinés à être professionnels, bien entendu ils doivent nourrir plusieurs passions, et consacrer du temps à leurs études et leur famille, mais il est clair qu’en se donnant le droit de jouer à ce niveau National ils ont le devoir de s’investir totalement à l’entrainement. Pour eux-mêmes. Vis-à-vis de leurs coéquipiers aussi.

Autre satisfecit, et pas des moindres, la présence au match de joueurs non-retenus ou blessés. Quelle solidarité. Quels boosters pour les joueurs retenus. Et, que dire de leurs papas (Pierre, Xavier) qui sont venus les accompagner et faire les chauffeurs pour les joueurs. A vous tout particulièrement, les joueurs, les entraineurs et les dirigeants des U18 vous remercient. C’est cet état d’esprit qui doit demeurer et inspirer nos futurs adultes.

Prochain match, prochain weekend, réception de Suresnes et le rappel à sonner pour tous les joueurs valides, et leurs supporters en tribune.

U18 : "Eparpillés façon puzzle"

C’était un weekend de fête à Marcq-en-Barœul qui avait délocalisé ses matches cadets et juniors sur les terrains du stade métropole de Villeneuve d’Ascq, à l’occasion de la rencontre de Fédérale 2 de l’équipe Sénior. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que nos Courbevoisiens n’ont pas gâché cette fête, ni les cadets, ni les juniors défaits 45-7.

Malgré cette défaite on a envie de saluer le courage de nos juniors (dont 19 joueurs première année) qui ne se sont pas échappés face aux gars du Nord. Pourtant ces derniers étaient tous plus lourds que les nôtres, mais surtout de très bons joueurs.

Marcq-en-Barœul est le seul grand bastion du rugby nordiste, et ses équipes ressemblent parfois à des sélections. Saisis à froid, malgré la température estivale par un essai en coin, nos lévriers n’ont pas eu le temps d’entrer dans leur match, que le rouleau compresseur marcquois s’était mis en route.

Bien sûr on peut se dire qu’avec quelques-uns des titulaires habituels, le RCC aurait pu rivaliser plus longtemps avant de mettre un genou au sol. Mais encore une fois, Marcq possède une belle équipe qui exploite au mieux la vitesse et les muscles de ses joueurs.

Deux lévriers sortis en 20 minutes suite à des chocs, et de nombreux bobos à déplorer dès la mi-temps survenue sur le score de 17-0. « Y a pas à dire, c’est du brutal »

Comme toujours, lorsque nos joueurs étaient en possession du ballon, on sentait leur potentiel offensif. D’ailleurs, nos lévriers obtenaient un essai de pénalité après une bonne séquence dans les 5 mètres adverses. Mais à la moindre erreur, c’était la cavalerie nordiste qui rappliquait. Au final, ce sont bien 7 essais que le RCC encaissait dans ce match.

Enfin, Marcq ne serait pas Marcq sans la haie d’honneur au son « d’Emmenez-moi » d’Aznavour, sans ses supporters colorés qui n’oublient jamais de féliciter les adversaires à leur sortie du terrain, et sans une petite bière pour des dirigeants fatigués après une longue journée J.

Semaine prochaine, ce sera enfin un match à domicile, nous recevrons Massif Central, et une réaction est bien sûr attendue par tous ! Il sera temps ensuite de partir en vacances.

 

U18 : Ce Massif n’était pourtant pas un sommet.

Si les résultats nuls ne sont pas légion en rugby, nos juniors en deviennent les spécialistes. Après un 3-3 obtenu au SCUF, ils ont cette fois fait 10-10 face à Massif Central au Stade Jean Pierre Rives.

Et comme face au SCUF, la mi-temps était intervenue sur le score de 0-0 malgré des occasions de part et d’autre. La plus belle, pour les Parisiens, qui rataient l’occasion d’aplatir dans l’en-but de Courbevoie à cause d’une maladresse (bien aidée par un placage déterminant).

Une chose est sûre, nos lévriers se créent des occasions mais ont beaucoup de mal à les concrétiser.

Dans ce match souvent haché par des décisions pointilleuses de l’arbitre où il était donc difficile d’imposer un rythme aux adversaires, on pensait que la première des deux équipes à marquer s’imposerait.

Les joueurs de Courbevoie devaient le croire aussi, vu leur joie après l’essai marqué sur une percée dans les 22 mètres adverse. 7-0 et la première victoire qui se dessine.

Hélas non, Massif Central revient dans le match quelques minutes plus tard avec essai transformé. Pire, dans les dernières minutes les visiteurs passent devant au score en transformant une pénalité.

7-10 et le spectre de la défaite qui surgit. Mais au lieu de baisser la tête, c’est alors que sonne une dernière rébellion chez nos lévriers habités d’un supplément d’âme, les voilà lancés dans une chevauchée collective stoppée irrégulièrement à 40m de l’en-but adverse.

A une minute du terme de cette rencontre, le choix délicat est fait par nos Bleus de tenter la pénalité plutôt que de chercher une touche. Prise de responsabilité extrême du botteur, et coup de pied précis,… 3pts pour conclure ce match moyen sur le score de 10-10.

Nouvelle occasion manquée de remporter un succès, pour Courbevoie, mais finalement soulagement d’arracher le nul dans les derniers instants.

2 matchs nuls, une défaite, nos lévriers avancent à leur rythme dans cette poule Nationale très relevée et peuvent espérer des jours et des matches meilleurs avec le temps. Le prochain sera très compliqué, chez le leader de la poule, le PUC, ce sera le 3 novembre prochain.   

 

U18 : Un match nul vraiment bien

Le score final 3-3 ne reflète pas vraiment la physionomie de ce premier match de Championnat au SCUF. Un score à l’ancienne, mais malgré la pluie fine, beaucoup de mouvements, beaucoup de jeu proposé, et donc de belles défenses, un peu aidées c’est vrai, par les fautes de main dans les moments cruciaux.

Après un bon démarrage des parisiens, et notamment une première mêlée qui fit reculer nos lévriers, ces derniers prirent ensuite très vite la mesure de leur adversaire du jour.

Avec de belles attitudes dans les rucks, un gros abattage physique, Courbevoie proposait aussi comme à son habitude un jeu offensif, et il a manqué peu de choses pour que la défense du SCUF soit transpercée.

0-0 à la mi-temps.

Quelques fraises Tagada et quartiers d’oranges plus tard nos lévriers repartaient avec la même envie, provoquant panique et fautes dans le camp adverse. Après plusieurs tentatives infructueuses dont une de près de 50m, Courbevoie prenait enfin l’avantage sur une pénalité. Conclusion d'un temps fort où les all black parisiens semblaient usés physiquement. Puis, survint le fait du match. Sur une offensive du solide n°8 adverse les Bleus se mirent à la faute… une de plus et furent réduits à 14 (carton blanc).

La fin de match se déroulait alors dans les 22 de Courbevoie et ce qui devait arriver… arriva, une pénalité face aux poteaux permis au SCUF d’égaliser à 2 minutes de la fin du match.

Il y a toujours des regrets à ne pas gagner un match qui aurait pu l’être, mais le partage des points est assez logique, et voici déjà deux points d’engrangé dans ce Championnat Fédérale 1 (ex Balandrade) dont le niveau sera très relevé.

Prochain match, dimanche 14 octobre à Marcq-en-Baroeul

 

PS: Merci aux supporters, joueurs, familles, staff du club.