La mauvaise devinette du jour : Quelle équipe peut s’incliner par un plus gros écart face à Vincennes (zéro victoire en deux matches), que face au PUC ?

Nos cadets Teulière A ont réussi ce triste exploit, et il n’y a cette fois pas grand-chose de positif à retenir de ce match dans lequel ils ne sont jamais entrés. Alors bien sûr, il y avait des sourires confiants avant le match qui laissaient penser qu’un accident était possible. Mais à ce point, c’est presque impardonnable.

Défense approximative, mauvais choix en attaque qui est restée stérile malgré une occupation du terrain dans le camp adverse presque permanente. 3 contres, 4 essais plus tard et le score se soldait par un 27-0. Fermez le ban !

Nos joueurs n’ont pas les moyens physiques, sans Golgoths, pour se permettre un manque d’envie, un manque d’abnégation, un manque d’agressivité. Toujours félicités pour leur bon esprit par leurs adversaires, nos cadets devraient parfois sortir les crocs, et montrer que le lévrier est frêle mais méchant ! Le rugby est un sport de combat, de franchissement, de sacrifice. Même dans froid d’un dimanche matin.

Trop gentils donc, trop peureux parfois, disons-le, nos joueurs doivent s’imposer une vraie autocritique et du sérieux à l’entrainement. Et pas de mots, pas de promesses, non, du vrai sérieux. C’est à ce prix qu’ils évacueront puis laveront ce sentiment d’affront ressenti à la fin du match, par eux, par leur staff, et par leurs familles venues les encourager.