Finale régionale Teulière C : RCC 2 – Gennevilliers : 8 – 9

Cadre champêtre et abondance de terrains qui nous faisait baver d’envie, tel était le site sur lequel nos petits retrouvaient l’équipe de Gennevilliers pour la finale Ile de France de Teulière C.

Après un déjeuner pris en commun au club-house, l’EDR nous ayant gentiment laissé de quoi les nourrir, suivi d’une bonne heure de bus, notre groupe de 22 élus, accompagné d’une bonne dizaine de camarades dont nombre de joueurs non retenus, rejoignait cette base sympathique. Nos deux jeunes entraîneurs, Elliot et Adrien, avaient emmené tout le matériel nécessaire pour leur donner un échauffement aux petits oignons. Vus les mastards que nous voyions arriver un peu plus tard, cela ne semblait pas du luxe.

Et d’entrée, cette préparation se révélait judicieuse, nos joueurs prenant le jeu à leur compte. A la puissance supérieure de l’adversaire, nos joueurs opposaient un jeu déployé, à la recherche d’impact, ils répondaient par l’évitement. Forcément, ce jeu plus élaboré générait plus de fautes de mains, mais au total, c’est David qui occupait le terrain de Goliath. Las, dominer n’est pas marquer, et malgré notre domination, le score restait vierge, jusqu’à ce que l’adversaire, lors d’une de ses rares incursions, ouvre le score d’un but. Pas très heureux, mais à la recherche d’un second souffle, nos joueurs passait ensuite un sale quart d’heure durant lequel, au prix d’une défense rigoureuse et acharnée, il ne laissait pas l’adversaire creuser l’écart. Paradoxalement, alors c’est alors qu’il reprenait le jeu à leur compte que sur une nouvelle petite hésitation en défense, il commettaient une nouvelle faute qui permettait au buteur adverse de creuser le score d’un nouveau but, peu avant la pause. Rageant.

Les deux entraineurs avaient surement trouvé les bons mots, notre valeureuse équipe reprenait le jeu à son compte à la reprise. Et à force de bousculer l’adversaire, un but en bonne position finissait par récompenser leurs efforts, les replaçant à portée de fusil. Ils continuaient de plus belle, mais le temps s’écoulait sans que leurs efforts soient récompensés et malgré leurs encouragements, notre petite colonie de parents et supporteurs commençait à craindre l’inéluctable. Mais nos joueurs rééditaient leur coup des demi-finales, et à trois minutes de la fin du match un essai en coin venait enfin récompenser leur ténacité. Les entraineurs adverses demandaient dans la foulée un temps mort qui donnaient lieu à un épisode pittoresque ou l’esprit sportif cédait à l’humour. L’un des entraineurs adverses étant suspendu, il tenta de s’adresser de derrière la barrière à ses joueurs réunis sur la ligne de touche devant lui. Las, entouré de supporteurs courbevoisiens, le chœur tonitruant que ceux-ci formaient spontanément l’empêchait de se faire entendre de ses joueurs pendant le temps mort. Justice divine ou notoire malchance, selon de quel côté on se place, sur le coup d’envoi l’arbitre sifflait une pénalité contre nos défenseurs et le buteur adverse redonnait l’avantage à son équipe. D’autres que nos joueurs se seraient découragés, pas eux. Avec deux minutes encore à jouer, ils reprenaient leur travail de sape et monopolisaient le ballon. L’adversaire enchainait les fautes, nous jouions les pénalités à la main ce qui entrainait une séquence de pas loin de 5 minutes, au grand désespoir des supporteurs adverses peu connaisseurs des règles qui ne comprenaient pas pourquoi l’arbitre n’arrêtait pas le match. Craignant néanmoins qu’une maladresse finisse par tout achever, nos joueurs tentaient un but difficile, vous devinez malheureusement le résultat !

Nos joueurs et entraineurs (bien jeunes eux aussi…) quittaient le terrain la tête basse et le cœur lourd, malgré les chaleureuses félicitations que leur adressaient tous les supporteurs, ravis du spectacle. Après une douche encore plus longue que d’habitude, ils revenaient et unanimes, nous leur demandions de lever le menton, ils le pouvaient, ils le méritaient. Tristes, nous le sommes aussi, mais fiers d’eux et du match qu’ils ont faits, nous le sommes encore plus et croyez nous, ils ont fait grand honneur à notre maillot et à notre formation.

Après les deux entraînements de cette semaine, le rideau tombera sur la saison 2011-2012. Educateurs et dirigeants, nous sommes convaincus que ce groupe a grandi tout au long de l’année et nous offrira de grandes joies la saison prochaine. C’est l’occasion pour nous de féliciter tous nos joueurs pour leur comportement et leurs efforts, de souhaiter bon vent aux 95 qui rejoindront en septembre le groupe Juniors et bienvenue aux 97 que nous accueillerons, de remercier les parents pour leurs encouragements et leur participation, et de souhaiter à tous de bonnes vacances.

A très bientôt