Ils étaient restés 2 mois sans match, quand se présentait ce choc face à Rambouillet, leader avec un point d’avance au classement sur nos cadets Teulière C.

La consigne du jour pour gagner, c’était la « patience ». Charles, entraineur orphelin de son complice William toujours convalescent, avait vu juste.

Rambouillet, comme Courbevoie, invaincu au coup d’envoi, ne pouvait pas cacher ses points forts. Très forts même, voire denses. En effet, la paire de centres, ainsi que l’arrière adverses, passés un temps par les écoles de rugby de clubs pros, affichaient des qualités physiques au-dessus de la moyenne.

Malgré cela, et comme souvent, notre pack, nettement plus léger faisait jeu égal toute la première mi-temps. Plus techniques, nos (petits) « gros » n’ont d’ailleurs pas perdus une balle sur leurs lancers en touche durant ce match.

L’un des tournants fut surement la fin de première mi-temps. Nos bleus campaient dans les 10 mètres de Rambouillet depuis plusieurs minutes lorsqu’ils se sont précipités en voulant jouer vite à deux reprises des pénalités sifflées en leur faveur.

Là où il aurait fallu taper en touche et avancer groupé, nos arrières, trop joueurs se sont lancés à l’abordage, sans succès. Mais, menés de 4 points seulement à la mi-temps, 10-6, il y avait de quoi espérer faire un gros coup en seconde période. Que nenni, on allait assister à une démonstration de Rambouillet. Souvent à  la limite du hors-jeu, les adversaires n’eurent de cesse de chasser nos joueurs sur chaque attaque en montant très vite. Et, à chaque balle récupérée, sur chaque offensive, Rambouillet mettait notre ligne de défense à mal, au point que les essais s’enchainaient en avalanche, parfois même avec une certaine réussite, qui ne sourit, on le sait, qu’aux audacieux. En quelques minutes, les espoirs de nos lévriers s’étaient envolés, abattus par un 40-0 !!!!

A défaut de patience, Charles demandait cette fois lors du dernier temps mort de l’orgueil. Message entendu, nos garçons surent réagir et la fin de match était plutôt à leur avantage, ils rataient même un essai d’un rien, encore une fois sur un mouvement collectif des avants.

50 à 6 ; score final, la pilule est difficile à avaler, mais l’espoir demeure. Notre équipe de Teulière C, qui restait sur 4 victoires d’affilée, a prouvé en début de saison qu’elle savait réagir après de lourdes défaites.

Après cette gifle reçue, il ne faudra d’ailleurs pas tendre l’autre joue le 4 mars à domicile, face à Antony, 3e et désormais à l’affût d’une place qualificative pour les phases finales.

 

Ville